Qualification IRVE

Quels organismes officiels peuvent certifier la qualification IRVE ?

La qualification IRVE est devenue obligatoire pour faire installer une borne de recharge de plus de 3,7 kW, chez les particuliers comme les professionnels. Elle est gage de professionnalisme et de compétences de pointe dans le domaine. Auprès de quels organismes le professionnel électricien peut-il se rapprocher pour accéder à cette qualification ? Présentations.

Qu’est-ce que la qualification IRVE ? Pourquoi est-elle nécessaire ?

La qualification est une démarche volontaire à l’initiative d’une entreprise, pour faire reconnaître son savoir-faire, ses compétences et ses capacités dans un domaine d’activité particulier, en réponse aux exigences de qualité imposées par le consommateur.

Le décret du 12 janvier 2017, depuis révisé par celui du 4 mai 2021, rend obligatoire l’obtention d’une qualification pour l’installation et la maintenance des infrastructures de recharge pour véhicule électrique (IRVE) d’une puissance supérieure à 3,7 kW, assortie d’une exigence de formation préalable. Un troisième arrêté, du 27 octobre 2021, vient renforcer les deux premiers en apportant une définition des exigences requises pour obtenir cette qualification, qui sont décrites dans un référentiel de qualifications que les organismes certificateurs mettent à disposition des professionnels. Aussi, les professionnels (électriciens indépendants ou sociétés d’électriciens ou d’installateurs d’IRVE) sont tenus d’être qualifiés pour pouvoir prétendre à l’installation et à l’entretien ou la maintenance des stations de recharge, ce qui atteste de leurs compétences et professionnalisme à intervenir.

La qualification IRVE est une qualification d’entreprise qui se décline en 5 domaines, dont un sur l’étude de conception de l’infrastructure de recharge, trois autres sur son installation, et un dernier sur sa maintenance. Intéressons-nous aux trois niveaux d’installation, dont la technicité sera évolutive :

  • Le niveau 1 : la formation de base. Cette formation est indispensable à l’installation de borne de recharge pour véhicule électrique. Indispensable mais basique, elle ne forme pas à la configuration spécifique pour les bornes communicantes et la supervision ;
  • Le niveau 2 : la formation Expert. Comme souvent sur l’entre-deux, c’est le bon compromis pour l’électricien qui souhaite pouvoir installer des bornes de recharge auprès d’un large panel de prospects. Comme pour le niveau 1, la formation Expert apprend les bases de l’installation des bornes de recharge allant jusqu’à 22 kW, ce qui est le plus fréquent, en intégrant la formation à la configuration des bornes communicantes et de la supervision de station ;
  • Le niveau 3 : la formation à la recharge rapide. Comme la précédente, elle offre des connaissances et compétences expertes sur l’installation de bornes de recharge avec technologie de pointe. Son + : Elle forme aux bornes de recharge de plus de 22 kW, soit aux installations des plus efficaces en terme de rapidité de charge.

Après analyse du dossier de demande de qualification, l’organisme certificateur transmettra au professionnel son certificat officiel de qualification IRVE s’il estime que l’expertise acquise par l’expérience passée et par la formation est suffisante. Elle est délivrée pour 4 ans renouvelables, et un suivi annuel permet de garantir des compétences valorisées sur toute la durée de qualification.

L’AFNOR : L’organisme certificateur par excellence

Créée en 1926, l’Association française de normalisation (AFNOR) est l’organisme n°1 français de la certification. L’afnor, c’est près de 40 implantations aux quatre coins du monde, 500 prestations, plus de 1 800 auditeurs et évaluateurs, 14 délégations régionales en France, et 3 marques NF, Ecolabel et AFAQ, à très forte notoriété.

Elle s’enquiert de quatre domaines de compétences : Afnor normalisation, Afnor Editions, Afnor compétences, et Afnor certification. Intéressons-nous davantage à cette dernière. Afnor certification propose 10 prestations certifiantes ou de contrôle, qui attestent toutes de savoirs faire ou de savoirs être en conformité avec un référentiel donné.

  • La certification des services vise à garantir le respect d’engagements vis-à-vis des clients. Les critères de référencement portent sur la qualité de la prestation auprès des usagers du service, notamment d’accueil, de formation, de renseignement, de délais d’attente, de prise en charge, etc.
  • La certification des produits garantit la constance de la fabrication d’un produit, dans le respect des caractéristiques et des performances attendues, tout en en garantissant la qualité et la sécurité de l’utilisation.
  • La certification des systèmes de management reconnaît la qualité d’une organisation et de ses méthodes de travail pour offrir sur le marché des produits ou services d’un haut niveau de qualité. Elle garantit la performance d’une organisation dans un rapport multipartite de satisfaction, tant des managers de l’entité, que du personnel, des clients, et des partenaires.
  • La certification des personnes reconnaît les compétences nécessaires à l’exercice d’une activité professionnelle, en conformité à un référentiel métier élaboré et validé par l’Afnor. Les acquis de l’expérience sont pris en compte, le cursus de formation, comme les connaissances poussées et pointues. Les diagnostiqueurs du DDT (Dossier de diagnostics techniques) d’un bâtiment peuvent par exemple être certifiés.
  • L’évaluation de la performance qui est à l’initiative même du professionnel qui souhaite mesurer sa performance sur une thématique ou sur un axe stratégique de son choix. Un bilan personnalisé des forces et des faiblesses de l’entreprise permet de cibler les points d’amélioration à étudier.
  • L’attestation réglementaire reconnaît la conformité des produits aux exigences réglementaires européennes ou nationales. C’est la garantie de produits normés.
  • Le label valorise l’engagement et l’exemplarité d’un produit, d’un service ou d’une organisation. C’est l’assurance du respect d’un cahier des charges strict établi par la profession ou les pouvoirs publics. Les plus connus seront les labels RSE, Origine France ou encore Diversité.
  • Le contrôle privé est une forme de labellisation à un cahier des charges propre au client. Ainsi, celui-ci s’assure de faire appel à un service, un produit ou une organisation qui remplit l’ensemble de ses exigences. Il n’a donc pas de valeur sur le marché. Il s’agit d’une démarche volontaire du client.
  • La vérification et l’inspection sont deux modes d’analyse documentaire qui visent à attester de la présence et de la fiabilité des informations communiquées. Comme le contrôle privé, elles sont à l’initiative du client, qui peut vouloir s’assurer de la véracité des compétences promises du fournisseur, pour ne pas risquer de ternir sa propre image.
  • La qualification atteste de la compétence, du professionnalisme et de la capacité du professionnel à mener à bien sa mission. Seules trois qualifications sont proposées par l’Afnor, toutes en lien avec des audits énergétiques selon les critères décrits par arrêté ministériel. La qualification IRVE en fait partie.

QUALIFELEC : Le certificateur électrique

Créé en 1955, Qualifelec est l’organisme de référence dans la qualification de la filière électrique, énergétique et numérique, au service des consommateurs. A l’origine, cette association loi 1901 s’est engagée à :

  • Centraliser et contrôler les renseignements concernant les activités et aptitudes professionnelles d’équipement électrique,
  • Qualifier chaque entreprise du secteur d’activité en raison de ses références vérifiées et retenues,
  • Porter cette documentation à la connaissance de tiers et de l’entreprise concernée.

L’objectif premier de réglementer la qualification des professionnels s’est transformé en un outil de valorisation et de reconnaissance des compétences des professionnels électriciens. Aujourd’hui, Qualifelec délivre des qualifications dans 5 domaines : courants forts, courants faibles, équipements électriques, énergies renouvelables, et infrastructures. Chacune d’elles est accréditée par le COFRAC depuis 2013. Le COFRAC est le Comité français d’accréditation, qui atteste des compétences et de l’impartialité des organismes de contrôle au niveau national comme international.

Egalement, chaque qualification Qualifelec répond à un référentiel élaboré en concertation avec les acteurs de la filière, pour assurer un accord parfait et permanent aux évolutions des métiers ciblés, selon les trois aspects primordiaux : le respect des normes et réglementations notamment sécuritaires en la matière, les besoins et les attentes des clients, et les nouveaux usages des logements.

Pourquoi la certification du professionnel est-elle importante ?

La qualification IRVE est indispensable pour pouvoir prétendre à l’installation d’un système de recharge. En l’imposant par décret, l’Etat s’assure du développement d’un réseau de charge sécuritaire, pérenne et performant. C’est donc avant tout se conformer aux normes et réglementations que d’être qualifiés IRVE pour intervenir sur ce type d’infrastructure. Mais au-delà de l’obligation, elle apporte une plus-value considérable au professionnel :

  • Une image valorisée : Quels que soient la qualification, la certification, ou le label obtenus, l’image du professionnel est évidemment valorisée. La qualification IRVE est nécessairement corrélée à la certification RGE (Reconnu garant de l’environnement), ce qui propulse la notoriété de l’électricien par le prestige de l’organisme certificateur;
  • La reconnaissance d’un savoir : Le professionnel qui fait la démarche de prétendre à une qualification est un professionnel conscient de son niveau de compétence et d’expertise, et qui souhaite le faire reconnaître aux yeux des clients, des partenaires, et du réseau de professionnels;
  • Une démarcation dans le milieu : Les professionnels qualifiés sont évidemment reconnus par leurs pairs. C’est le moyen de développer son réseau interne, en imposant son savoir et ses compétences reconnues et indiscutables;
  • Une visibilité au service de sa compétitivité : La qualification rend le professionnel plus visible, ce qui est essentiel pour jouer dans la cour de la concurrence. Être compétitif est essentiel, mais sans visibilité, c’est plus difficile;
  • L’éligibilité aux aides de l’Etat : La qualification IRVE est indispensable pour intervenir sur une borne de recharge, à l’installation ou à l’entretien. En contrepartie donc, le client doit justifier de la qualification du professionnel pour pouvoir prétendre aux aides à la fourniture et à l’installation d’une IRVE. Cela ajoute à la compétitivité du professionnel;
  • Un dossier « béton » face aux banques et assureurs : Pour l’obtention d’un prêt bancaire ou pour contracter une assurance ou renégocier la cotisation de son contrat, une qualification IRVE est une garantie qui rassure. Elle pourra ainsi permettre au professionnel d’investir pour s’agrandir.

Plus globalement, la certification est un moteur. Elle porte l’ambition du professionnel à vouloir se dépasser, à proposer des prestations de qualité. C’est une marque de conscience professionnelle, dans une démarche engagée pour la valorisation du métier. Mais elle pousse également le professionnel à se dépasser, à rester au fait des évolutions des normes, à se perfectionner pour conserver son niveau d’expertise. Le professionnel qui accède à la qualification IRVE est un professionnel qui accepte de se remettre en question, lui-même et son savoir faire. Ce n’est pas chose si évidente. La qualification peut venir bouleverser des habitudes professionnelles.