Installateur borne de recharge IRVE Pyrénées-Atlantiques (64)

Le véhicule électrique représente environ 15 % de parts du marché automobile à début 2023. A cette même date, on estime que le nombre de véhicules électriques et hybrides rechargeables en circulation a largement dépassé la barre des 900 000 en France, contre environ 85 000 bornes de recharges publiques.

Si le réseau public se développe, la proportion de véhicules électriques est décuplée. C’est pourquoi la borne de recharge privative séduit autant d’électromobilistes. Voici comment faire appel à un installateur de borne de recharge IRVE dans les Pyrénées-Atlantiques.

Les Pyrénées-Atlantiques : un département aux traditions bien ancrées

Le département des Pyrénées-Atlantiques est naturellement privilégié, en termes d’espace, d’environnement, de cultures, de traditions, de développement. Il est partagé entre le Pays basque et le Béarn Pyrénées. Chaque année, il séduit bon nombre de touristes venus profiter de la côte Sud-Atlantique, des fêtes basques, de randonnées sur le GR10, d’un territoire frontalier avec le Nord de l’Espagne, de paysages montagneux incroyables, d’un retour sur les traces d’Henri IV à Pau, d’une partie de pelote basque, de compétitions de surf, de dégustations de spécialités locales de fromages ou de vins, etc.

Sur ce type de territoire, riche de son patrimoine, de son histoire, de son environnement, l’éco-mobilité est généralement au rendez-vous, pour préserver ce cadre si majestueux. C’est le cas dans les Pyrénées-Orientales, où chaque commune du département mène ses actions en faveur d’une mobilité décarbonée. A Bayonne par exemple, une voie verte rejoint Ustaritz, entièrement dédiée aux vélos ou aux piétons. Pau développe également des circuits pédestres ou intermodaux, disponibles sur le site de l’office du tourisme. 21 places de stationnement sont équipées de bornes de recharge publiques à Pau.

Bientôt une ZFE à Bayonne et Pau

Face à l’urgence climatique, la vis se resserre pour une transition énergétique accélérée, avec en premier lieu dans le viseur les véhicules diesel. C’est ainsi qu’après la loi d’orientation des Mobilités en 2019 (LOM), c’est la loi Climat Résilience en 2021 qui vient imposer la mise en place de ZFE aux agglomérations de plus de 150 000 habitants, concentrant un fort trafic, une forte pollution et une importante densité démographique, dont Bayonne et Pau se trouvent faire partie.

Les ZFE (Zones à Faibles Emissions) sont des zones géographiques délimitées par des taux trop élevés de pollution de l’air et de pollution sonore, à l’intérieur desquelles les véhicules trop polluants y sont interdits selon certaines conditions ou échéances. Pour ce faire, chaque véhicule souhaitant y entrer doit montrer patte blanche par une vignette Crit’Air apposée sur son pare brise, l’autorisant ou non à circuler sur le territoire en question. Notons toutefois qu’un décret paru en fin d’année 2022 vient assouplir cette obligation. En effet, les agglomérations qui seront en mesure de démontrer que les concentrations moyennes annuelles en dioxyde d’azote sont inférieures ou égales à 10 µg/m3, pourront en être exemptées. Ce niveau correspond aux seuils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus exigeants que les valeurs limites européennes actuelles.

2035 signera l’arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques neufs. Chaque jour, ce sont 38 millions de véhicules qui circulent sur le réseau routier national, et parmi eux, plus de 50 % restent des diesels. Parmi eux également, seulement 60 % sont classés Crit’Air 0, 1 ou 2. Les 40 autres pourcents seront donc bientôt « bannis » des ZFE qui se multiplient sur le territoire, d’où l’intérêt, entre autres, de s’équiper d’un véhicule électrique et de sa borne de recharge, dans les Pyrénées-Atlantiques comme partout ailleurs.

Pourquoi s’équiper d’une borne de recharge à domicile dans les Pyrénées-Atlantiques ?

La question n’est probablement pas formulée de la bonne façon. S’équiper d’une borne à domicile n’est pas réellement un choix dans la plupart des cas. Certes, elle apporte un confort à l’électromobiliste qui lui fait profiter d’un fonctionnement pratique, pour gagner du temps et de l’énergie. Mais, si rien n’oblige effectivement l’électromobiliste à s’en équiper, elle peut quasiment être considérée comme indispensable, et ce pour au moins deux raisons.

D’abord, parce que certaines zones sont encore très mal, voire non desservies par le réseau public de recharge pour véhicule électrique. Les équipements publics doivent être financés à l’initiative d’une entité publique ou privée. Elles représentent un coût important à assumer, c’est pourquoi elles peinent à se développer. Bien qu’il faille reconnaître que leur développement s’accélère depuis la fin de la crise du Covid, l’expansion du véhicule électrique et celle des bornes publiques de recharge forment des économies à deux vitesses. C’est pourquoi, pour certains nouveaux électromobilistes, s’équiper d’une borne privative à domicile n’est pas un réel choix, mais plutôt la réponse à l’absence d’autre solution.

Egalement, le second argument résulte dans le fait que la borne privative réponde aux exigences quotidiennes d’un véhicule électrique. En d’autres termes, même si des bornes publiques de recharge sont accessibles à proximité du domicile, il ne serait pas raisonnable d’imaginer recharger son véhicule chaque jour sur une borne publique. Il faudrait chaque soir patienter jusqu’à ce que la borne se libère, et patienter le temps nécessaire à la recharge, avant de rentrer chez soi. Cette situation vaudra pour des électromobilistes ne réalisant que de petits trajets, dont la charge du véhicule ne pourrait intervenir qu’une seule fois par semaine par exemple.

Précisons bien que la vocation du réseau public n’est pas, et ne sera jamais, de satisfaire les besoins quotidiens de chaque véhicule électrique ou hybride rechargeable. Sa finalité est triple :

  • Il s’agit d’abord de faciliter la recharge de masse avec des bornes ultra rapides, pour répondre aux capacités d’autonomie des véhicules électriques de nouvelle génération;
  • Egalement, le réseau public peut avoir pour objectif de favoriser l’attractivité d’un site, qu’il soit commercial, touristique, ou encore à redynamiser. Le temps de recharge devient alors un prétexte pour inciter à la consommation, à la découverte, à la curiosité;
  • Enfin, il s’agit, pour le financeur de l’infrastructure de recharge, de valoriser son image, en affichant son engagement vert, au service de la transition énergétique.

Installer une borne de recharge à domicile : à quel prix ?

Au-delà de la satisfaction d’une conscience écologique et environnementale, investir dans une borne de recharge à domicile satisfait un confort indéniable. Toutefois, les véhicules électriques restent onéreux, et la borne de recharge vient se cumuler à la dépense, pour un budget conséquent :

  • La fourniture de l’équipement IRVE privatif peut varier entre 300 et 2 000 €, selon qu’il s’agisse d’une borne d’entrée de gamme, ou qui soit dotée d’une connectivité et d’une technologie plus poussée. Egalement, la marque, le modèle, la puissance seront d’autres éléments qui impacteront le prix;
  • En plus de la fourniture, l’installation de la borne sera facturée entre 300 et 600 € pour une pose simple. Le tarif dépendra de la région, mais aussi des contraintes techniques rencontrées pour l’installer. Si l’emplacement se trouve exposé aux intempéries, en sous-sol, loin du compteur électrique, sur un stationnement non sécurisé, ou encore si la vétusté du câblage exige une remise aux normes et une augmentation de la capacité énergétique, le coût de la prestation pourra augmenter.

Le budget à dédier à la borne de recharge peut donc être conséquent, mais les particuliers sont éligibles aux aides incitatives mises en place. En effet, pour rester cohérent face à la mise en place de ZFE pour réduire et supprimer le parc automobile le plus polluant, et à l’incitation à acquérir des véhicules électriques, l’Etat a mis en place des aides à l’acquisition et à l’installation d’une borne de recharge privative :

  • Crédit d’impôt: Il peut prendre en charge jusqu’à 75 % de la fourniture et de la pose de l’infrastructure installée chez des particuliers (qu’ils soient propriétaires ou locataires dans le cadre du droit à la prise, en résidence principale ou secondaire, cumulables), plafonné toutefois à 300 € par logement équipé ; montant qui peut être doublé dans le cas d’un couple soumis à une imposition commune et disposant de deux véhicules électriques;
  • Prime énergie : Elle permet de financer tout travaux d’économie d’énergie sans conditions de revenus;
  • TVA à 5,5 %: Les particuliers qui font installer une borne de recharge à domicile peuvent bénéficier d’une TVA réduite sur la facturation de travaux de pose, d’installation et d’entretien du système de charge. Les professionnels ne sont pas concernés par cet avantage;
  • Prime Advenir: Les structures de recharge à usage individuel dans un habitat collectif sont éligibles à cette aide financière de l’Etat qui correspond à 50 % des dépenses induites par la fourniture et l’installation du matériel, avec un plafond fixé à 960 € HT. Les structures à usage partagé y sont également éligibles, avec un plafond fixé à 1660 € HT.

A qui faire appel pour installer une borne de recharge dans les Pyrénées-Atlantiques ?

Une première nuance est à apporter pour répondre à cette question : celle de la puissance de la borne. Les bornes d’une puissance inférieure ou égale à 3,7 kWh peuvent être installées par les particuliers, puisqu’elles engagent une puissance classique, qui peut s’inscrire dans le schéma électrique de l’habitation sans difficulté. En revanche, les bornes d’une puissance supérieure à 3,7 kWh doivent, quant à elles, être installées par un électricien certifié, pour garantir la sécurité de l’installation, qui pourra nécessiter des aménagements.

En effet, l’installateur IRVE (Infrastructure de Recharge pour Véhicule Electrique) est un électricien agréé par l’un des organismes certificateurs nationaux, Afnor ou Qualifelec, après avoir suivi une formation approfondie, tant théorique que pratique, sur l’installation des systèmes de recharge, de la conception du produit à son utilisation quotidienne.

Lui faire appel répond à plusieurs exigences. D’abord à l’obligation légale imposée de faire appel à un installateur habilité et certifié. En effet, l’Etat impose une installation en parfaite conformité avec les normes électriques en vigueur. Les conséquences d’une mauvaise installation pourraient être dramatiques, pouvant provoquer une surcharge, une surchauffe et un début d’incendie. Egalement, dans la même veine, l’Etat conditionne l’octroi des aides incitatives à la présentation d’une attestation d’intervention d’un installateur agréé IRVE. En toute logique, l’Etat ne pourrait subventionner un réseau privé, sans s’assurer de la pleine conformité des installations pour un développement sécuritaire.

Pour résumer, faire appel à un installateur est nécessaire pour trois raisons :

  • Parce que c’est un professionnel expert et aguerri qui sera de bons conseils;
  • Parce que c’est une obligation légale à laquelle on ne peut se soustraire;
  • Parce que c’est une condition sine qua none à l’obtention des aides incitatives.

Comparer les devis des installateurs IRVE pour faire le bon choix

Pour trouver un installateur IRVE dans les Pyrénées-Atlantiques, il sera simple et rapide de faire appel aux comparateurs en ligne. Après avoir renseigné les critères propres à l’installation, comme le lieu d’intervention, le type d’utilisation, les conditions d’installation, etc., le comparateur établira un comparatif d’offres similaires, locales, et suffisamment concurrentielles pour satisfaire le client.

Les devis évalueront les critères d’impact, comme le type de borne, la puissance et la performance nécessaire, la vétusté du tableau électrique, le câblage à prévoir, les options de commande à distance, l’appairage avec d’autres appareils connectés, la marque de la borne, le lieu d’intervention, etc. Les comparateurs sont 100 % gratuits, rapides, efficaces, accessibles en continu depuis tout point d’accès Internet, et sans aucune obligation d’engagement.