Installateur IRVE par Région

Installateur borne de recharge IRVE Toulouse Haute-Garonne

Comme nombre de ses pairs, la métropole de Toulouse a décidé d’œuvrer en faveur de la préservation de l’environnement et de la santé publique avec la réduction des émissions de gaz à effet de serre et des nuisances sonores grâce à une transition accélérée vers une mobilité propre. C’est ainsi qu’elle se mobilise pour le renouvellement du parc roulant trop polluant en délimitant une ZFE qui vise à la disparition progressive de ces véhicules. De nombreux Métropolitains ont donc franchi le pas du véhicule électrique, et la majorité d’entre eux a opté pour l’installation de la borne de recharge à domicile, qu’elle soit au sein de pavillons ou d’habitats collectifs. A qui faire appel pour ce type d’installation ? Comment dénicher le professionnel expert ? Nos réponses.

Présentation de la ZFE toulousaine

Une ZFE (Zone à Faibles Emissions) est un espace géographique ciblé au sein duquel la pollution de l’air (et la pollution sonore, qui est un fléau corrélateur) dépasse les normes acceptables, et où des conditions et des restrictions d’accès aux véhicules les plus polluants sont appliquées en conséquence pour favoriser une meilleure qualité de l’air aux habitants et travailleurs. La ZFE est notamment délimitée selon le rapport densité démographique / trafic routier, en intégrant bien d’autres dimensions comme les accès aux plateformes multimodales, le réseau de transports en commun, les sites les plus touristiques, etc. L’instauration de vignettes Crit’Air, allant de 0 à 5 par ordre croissant de pollution émise, permet un contrôle des véhicules autorisés ou non à circuler dans la zone.

C’est ainsi qu’à début 2022, 5 métropoles ont instauré une ZFE en France et 6 autres sont en passe de le faire dans le courant de l’année. D’ici à 3 ans, on en prévoit 45 sur l’hexagone, ce qui concernera approximativement 1/3 du parc automobile. La métropole de Toulouse n’y coupe pas avec de premières mesures tout juste mises en place en mars 2022.

La particularité de la ZFE de Toulouse

La ZFE de Toulouse Métropole est entrée en vigueur le 1er mars 2022. Comme d’autres ZFE, les restrictions d’accès sont à ce stade limitées aux véhicules les plus polluants du trafic, et s’intensifieront chaque année. Aussi, depuis le 1er mars, les fourgonnettes, fourgons et poids lourds de Crit’Air 5 ou non classés sont interdits. Belle première mesure pour une meilleure qualité de l’air, même si elle ne concerne en réalité qu’1 % du parc roulant sur la métropole. Voici la suite prévue par cet échéancier :

  • A compter du 1er septembre 2022: Interdiction de circulation des fourgonnettes, fourgons et poids lourds classés Crit’Air 4 ;
  • A compter du 1er janvier 2023: Interdiction de circulation de tous les véhicules motorisés classés Crit’Air 4, 5 et non classés ;
  • A compter du 1er janvier 2024: Interdiction de circulation de tous les véhicules motorisés classés Crit’Air 3 et au-delà.

Toutes ces restrictions s’appliqueront hors véhicules d’intérêt général, type police, gendarmerie, pompiers, assistance médicale, etc.

Les aides à l’acquisition d’un véhicule électrique

La transition énergétique est un combat qui se mène sur de nombreux fronts, notamment dans le renouvellement de la flotte automobile du parc national, qui promet d’être long et économiquement difficile. Aussi, l’Etat a mis en place des subventions pour aider les futurs acquéreurs à franchir le pas.

  • Prime à la conversionpour l’acquisition d’un véhicule peu polluant neuf ou d’occasion en échange de la mise en rebut d’un véhicule de Crit’Air 3 ou plus (jusqu’à 5000 €) ;
  • Bonus écologiquepour l’acquisition d’un véhicule peu polluant (jusqu’à 6000 €) ;
  • Surprime ZFE aux habitants et/ou travailleurs d’une ZFE pour l’acquisition d’un véhicule peu polluant (jusqu’à 1000 €) ;
  • Micro-crédit garanti par l’Etat à hauteur de 50 %sur 5 ans sur conditions de ressources pour l’achat d’un véhicule peu polluant (jusqu’à 5000 €) ;
  • Crédit d’impôtà hauteur de 75 % de la fourniture et de l’installation de l’infrastructure de recharge chez des particuliers (jusqu’à 300 €) ;
  • Prime énergie pour financer tous travaux d’économie d’énergie sans conditions de revenus ;
  • TVA à 5,5 % sur la fourniture et l’installation d’une borne de recharge à domicile pour les particuliers ;
  • Prime Advenirà hauteur de 50 % des dépenses induites par la fourniture et l’installation d’une borne de recharge au sein des habitats collectifs ou de locaux ou parkings d’entreprises.

Le coup de pouce de la Métropole Toulousaine

Pour accompagner ces changements et éviter à tout prix la fracture énergétique si l’on peut l’appeler ainsi, qui serait une fracture sociale puisqu’on le sait, les véhicules classés Crit’Air 4, 5 ou non classés sont des véhicules anciens, dont les propriétaires se seraient probablement déjà séparés s’ils en avaient eu la possibilité financière, la Métropole de Toulouse propose une aide complémentaire à celles de l’Etat pour aider à cette transition au sein de la ZFE. Aussi, dans le cadre du PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial), tout résident ou travailleur de la ZFE peut prétendre au versement d’une prime Véhicule plus propre pour l’achat ou le changement de motorisation au profit d’un véhicule peu polluant pouvant aller jusqu’à 5000 €, en échange de la mise en rebut d’un véhicule classé Crit’Air 4 et plus.

L’intervention d’un installateur de recharge IRVE à Toulouse

L’installateur IRVE est un électricien expert qui a reçu la qualification Infrastructure de Recharge pour Véhicule Electrique, décernée par l’Afnor ou Qualifelec, les deux organismes certificateurs en la matière. Cette qualification s’acquiert après avoir été formé tant sur la théorie que la pratique à l’installation des systèmes de charge, mais également et surtout à l’importance d’un travail fiable et qualitatif pour assurer une parfaite sécurité du logement. Une évaluation annuelle réalisée par un organisme formateur diligenté assure un contrôle continu des compétences du technicien. La qualification IRVE est gage de qualité et d’expertise, ce qui apporte de la visibilité et de la reconnaissance au professionnel.

Pourquoi faire appel à un électricien IRVE ?

Il est primordial de faire appel à un installateur IRVE lors de la pose d’une borne de recharge pour trois raisons essentielles :

  • Parce que la règlementation l’oblige. C’est une obligation légale que de faire appel à un électricien IRVE. Alors oui, il est probable que personne ne vérifie que la règlementation ait été respectée, bien que l’électricien non qualifié serait en défaut, mais l’assureur pourrait refuser de verser une quelconque indemnisation en cas de dommages subis ou causés par l’installation si preuve ne lui est pas donnée d’une intervention qualifiée IRVE ;
  • Parce que l’installation doit être conforme aux normes en vigueur. Seul l’installateur agréé sera en mesure de s’assurer de la parfaite installation du système de charge, et d’identifier la source de tout dysfonctionnement. La conformité aux normes apporte sécurité et confiance ;
  • Parce que son intervention conditionne l’obtention de subventions. Les aides précitées octroyées par l’Etat et par la Métropole ne peuvent l’être que sur présentation systématique de l’attestation d’intervention par un technicien expert qualifié IRVE.

Comment choisir un installateur de borne de recharge IRVE ?

Nous le disions, faire appel à un professionnel certifié IRVE est une obligation légale. De fait, avec l’ampleur et l’expansion du véhicule électrique, en notant l’échéance 2035 où les constructeurs seront interdits de commercialiser de nouveaux modèles thermiques, nombreux sont les électriciens qui ont flairé l’assurance d’un carnet de commandes bien rempli, en se formant auprès des organismes certificateurs pour obtenir cette fameuse qualification IRVE.

Alors comment bien choisir son installateur IRVE ? Et bien de la même façon que vous choisiriez tout autre professionnel expert :

  • Le bouche à oreilles: La bonne vieille méthode qui traverse tous les temps, et pour cause, rien ne vaut la recommandation par un client satisfait ;
  • Les comparateurs en ligne: Ils sont bien utiles pour comparer les devis proposés par plusieurs professionnels, et pour vous alerter sur les éléments essentiels qui doivent appeler votre vigilance. Et la cerise sur le gâteau : ils permettent bien souvent de laisser des avis clients qui permettent d’orienter le choix. Un point de vigilance toutefois sur ces avis clients, car on le sait bien, un client satisfait le fera savoir par le bouche à oreilles, et un client mécontent le fera savoir sur Internet. Les jeux peuvent donc être quelque peu faussés parfois.

Et mon budget dans tout ça ?

La transition vers la mobilité propre représente un coût que l’on ne peut ignorer.

  • L’achat du véhicule: Les premiers modèles valent aux alentours de 20 000 €. La globalité des modèles existant sur le marché coûte entre 20 000 et 40 000 €, mais cela peut doubler voire même tripler sur les modèles luxueux comme la nouvelle Tesla, dont les performances équivalent largement à celles d’un véhicule thermique. Le leasing peut être le bon moyen de s’équiper sans investir toutes ses économies ;
  • L’achat de la borne de recharge: Son coût peut aller de 300 € pour l’entrée de gamme (faible puissance, sans option), à 1500 € voire 2000 € pour les plus performantes, équipées d’options connectées ;
  • L’installation de la borne de recharge: Il faudra compter de 300 à 600 € pour une pose simple, qui pourra augmenter selon l’état du tableau électrique (sa vétusté, sa non-conformité aux normes en vigueur), et les conditions d’installation (câblage à prévoir, puissance à réadapter).

Heureusement, les aides mises en place permettent de réduire ce budget pour rendre ce rêve écologique bien réel.