Installateur borne de recharge IRVE Toulon – Var

Au pied de ses hauteurs naturelles, la rade de Toulon s’impose comme l’une des plus belles au monde. Son port, historiquement à vocation maritime et militaire, conserve encore aujourd’hui tout son attrait logistique, puisqu’il reste la principale base méditerranéenne de la marine nationale.

Toulon est une ville attractive, qui parvient à s’affirmer comme une véritable métropole régionale. Ici comme ailleurs, le véhicule électrique se développe, mais le réseau public peine à suivre. Aussi, nombre d’électromobilistes font le choix de s’équiper d’une borne de recharge pour véhicule électrique à domicile. Comment dénicher un installateur IRVE à Toulon ? Nos conseils.

Les ZFE poussent les automobilistes vers l’électrique

D’abord, place aux définitions. Une ZFE est un espace géographique délimité par des frontières stratégiques, où les seuils de pollution en intérieur sont trop souvent dépassés, ce qui impacte largement les enjeux de santé publique dans ces zones. Le secteur du transport étant le premier responsable de ces taux de pollution, une classification Crit’Air a été mise en place. Il s’agit d’une vignette qui doit être apposée sur le pare-brise de chaque véhicule qui pénètre au sein de la ZFE, ou bien également lorsqu’une décision préfectorale instaure la circulation différenciée lors de gros épisodes de pollution, pour justifier de son émission de particules fines et d’oxydes d’azote. Plus le véhicule est propre, plus son numéro Crit’Air est faible. Voici la classification mise en œuvre :

Sans vignette

  • Essence immatriculée avant 1997
  • Diesel immatriculé avant 1997

Crit’Air 5

  • Diesel immatriculé entre 1997 et 2000

Crit’Air 4

  • Diesel immatriculé entre 2001 et 2005

Crit’Air 3

  • Essence immatriculée entre 1997 et 2005
  • Diesel immatriculé entre 2006 et 2010

Crit’Air 2

  • Essence immatriculée entre 2006 et 2010
  • Diesel immatriculé à partir de 2011

Crit’Air 1

  • Essence immatriculée à partir de 2011

Prochainement, une ZFE à Toulon Provence Méditerranée…

La mise en place de la ZFE de la métropole toulonnaise a connu quelques péripéties. En effet, posons nos valises en 2019. A cette date, la loi LOM (Loi d’Orientation des Mobilités), impose à 11 métropoles d’instaurer une Zone à Faibles Emissions (ZFE) sur leur territoire. Si Toulon ne fait pas encore partie de la liste, elle anticipe déjà le durcissement inévitable de ces mesures imposées pour préserver les espaces de concentration démographique des effets déjà catastrophiques des dérèglements climatiques. Printemps 2021, la métropole de Toulon annonce mettre en place sa ZFE dès le 1er juillet. Finalement, elle annoncera dans la foulée son report.

Un mois plus tard, en août 2021, et comme il était plutôt prévisible, la loi Climat Résilience impose la mise en place d’une ZFE à Toulon d’ici à fin 2024, comme dans une quarantaine de nouvelles grandes agglomérations. Le mistral soufflant sur la côte varoise n’aura pas suffit à chasser les particules fines en suspension. La ZFE est alors annoncée pour le 1er janvier 2023. 30 décembre 2022, le Président de Toulon Provence Méditerranée annonce reporter à nouveau la mise en place de la ZFE à une date indéterminée, qui devra évidemment respecter les impératifs légaux.

La raison du report : un travail nécessaire avec les acteurs de la vie locale pour répondre aux exigences environnementales, sans tomber dans l’écologie punitive. Comprenez bien qu’une ZFE vise progressivement à interdire l’accès aux véhicules les plus polluants. Les enjeux sociaux, sociétaux et économiques sont largement exposés. Les professionnels seront les premiers à se voir restreindre l’accès, suivis de près par les familles en situation de précarité. Délimiter une ZFE doit s’accompagner de concertation active, de pédagogie, mais aussi d’une large réflexion sur la mise en place de moyens de déplacement alternatifs, d’aides à l’équipement d’un moyen de transport autorisé dans la zone, avec le développement des transports en commun depuis la périphérie jusqu’au centre ville, etc.

Toulon Provence Métropole déploie son réseau de bornes de recharge publiques

L’objectif que s’est fixée la métropole de Toulon est de compter 150 bornes de recharge pour véhicules électriques sur son territoire, soit 300 points de charge. A début 2023, l’objectif est atteint d’environ moitié. La métropole met en place les bornes sur l’espace public, sur des lieux stratégiques, puis confie la gestion à la société SymielecVar, via une délégation de service public. Le réseau « eborn » est relativement attractif en comparaison d’autres réseaux à travers les régions. Il fixe un coût de charge au kWh à 0,26 € avec abonnement, et 0,34 € sans abonnement.

Le Var est un département très touristique. La demande émane donc des habitants, mais également des vacanciers en période estivale notamment. C’est pourquoi la métropole accélère le développement de l’implantation, mais s’oriente également vers des points de charge plus puissants, permettant une charge accélérée, pour répondre à la fois à la demande grandissante, mais également à l’augmentation du coût de l’énergie.

L’intérêt d’une borne privative dans le Var ?

Oui, le réseau public de bornes de recharge se développe pour s’adapter à la demande qui grandit. Mais peut-on raisonnablement penser que 300 points de charge suffiront à satisfaire les besoins potentiels des près de 500 000 métropolitains toulonnais ? Il y a fort à parier que non. Ces bornes publiques sont davantage destinées à un usage ponctuel. Aussi, 90 % des nouveaux électromobilistes ont fait le choix d’une borne de recharge à domicile, pour allier l’écologie au confort de vie. Brancher son véhicule selon ses propres habitudes et contraintes, disposer d’un stationnement immédiat, adapter le temps de charge à son besoin, et respecter son budget.

Les aides de l’Etat pour l’installation d’une wallbox à domicile

L’Etat est conscient de la fracture sociale que le phénomène électrique peut provoquer. Aussi, il a opté pour la participation financière active à l’équipement privé, également pour que l’hétérogénéité du réseau public de recharge ne soit pas un frein à la transition. Voici les aides mises en place :

  • Crédit d’impôt: Il peut prendre en charge jusqu’à 75 % de la fourniture et de la pose de l’infrastructure installée chez des particuliers (qu’ils soient propriétaires ou locataires dans le cadre du droit à la prise, en résidence principale ou secondaire, cumulables), plafonné toutefois à 300 € par logement équipé ; montant qui peut être doublé dans le cas d’un couple soumis à une imposition commune et disposant de deux véhicules électriques ;
  • Prime énergie : Elle permet de financer tout travaux d’économie d’énergie sans conditions de revenus ;
  • TVA à 5,5 %: Les particuliers qui font installer une borne de recharge à domicile peuvent bénéficier d’une TVA réduite sur la facturation de travaux de pose, d’installation et d’entretien du système de charge. Les professionnels ne sont pas concernés par cet avantage ;
  • Prime Advenir: Les structures de recharge à usage individuel dans un habitat collectif sont éligibles à cette aide financière de l’Etat qui correspond à 50 % des dépenses induites par la fourniture et l’installation du matériel, avec un plafond fixé à 960 € HT. Les structures à usage partagé y sont également éligibles, avec un plafond fixé à 1660 € HT.

A qui faire appel pour installer une borne de recharge privée ?

Seul un électricien qualifié IRVE est habilité à intervenir sur l’installation d’une borne de recharge. La qualification IRVE (Infrastructure de Recharge pour Véhicule Electrique) est attribuée par un organisme national certificateur aux électriciens ayant suivi une formation certifiante, à la fois théorique et pratique, à l’installation des systèmes de recharge. Leur niveau d’expertise leur apporte des compétences spécifiques, tant dans l’installation sécuritaire qu’à l’utilisation conforme de l’appareil, ainsi que dans la détection d’anomalies.

Pourquoi lui faire appel ? D’abord parce que c’est une obligation légale imposée par l’Etat. Si celui-ci est conscient des disparités du réseau public de charge, et de la nécessité d’inciter au renouvellement du parc automobile au profit d’une flotte plus verte, il n’en demeure pas moins soucieux, et surtout responsable, du développement d’un réseau privé de recharge encadré. Il ne pourrait cautionner le subventionnement d’un réseau aléatoire, sans contrôle. Aussi, l’Etat impose le recours à un électricien certifié IRVE pour garantir une installation en parfaite conformité avec les normes électriques en vigueur. De fait, pour s’assurer du respect de la réglementation, les subventions précitées sont conditionnées à la présentation d’une attestation d’intervention délivrée par le professionnel qualifié.

Comment trouver un installateur IRVE à Toulon ?

Soyez sereins, les installateurs IRVE ne manquent pas, à Toulon comme ailleurs. Imaginez le marché qui s’est ouvert à eux, avec l’expansion folle du véhicule électrique. Si les offres ne manquent pas, encore faut-il savoir faire le choix du devis le plus compétitif. En général, on estime le coût de l’intervention d’un professionnel qualifié à hauteur de 300 à 600 €, montant qui peut être revu à la hausse selon les contraintes techniques rencontrées à l’installation (faisabilité, intérieure ou extérieure, individuelle ou à usage partagé, vétusté du compteur électrique, puissance du système de charge, etc.). La borne en elle-même coûtera entre 300 et 1 500 € pour une wallbox allant de 3,7 à 22 kW. Là aussi, le coût pourra varier selon la marque et le modèle choisi, et surtout les options, notamment de contrôle à distance par l’appairage d’autres objets connectés.

Pour comparer les offres, le comparateur en ligne sera un allié de taille. Il compare de manière automatique plusieurs offres, dont il pointera celles correspondant au besoin, proposées par des installateurs à proximité du domicile. C’est un outil accessible à tous, proposant un service sur mesure, entièrement gratuit, rapide et sans aucune obligation finale de souscription.