Installateur borne de recharge IRVE Saint-Étienne – Loire

Jumelle romaine, si l’on en croit son surnom de « ville aux 7 collines », Saint-Etienne est une ville bien connue pour son art, d’ailleurs désignée Ville créative pour le design par l’UNESCO depuis 2010. De fait et sans surprise, la ville stéphanoise séduit les étudiants qui ne seraient pas moins de 30 000 à y élire domicile chaque année. Pour conserver son art de vivre, la ville des traditionnellement surnommés « Gagats » favorise l’accession au véhicule électrique et tend à développer son réseau de bornes publiques de recharge. En attendant, la borne privative reste le choix fait par nombre d’acquéreurs, désormais nommés électromobilistes. Voici comment dénicher un installateur de borne de recharge IRVE à Saint-Etienne.

Le véhicule électrique en réponse à la mise en place de la ZFE de St Etienne

Le 31 janvier 2022, la métropole de Saint-Etienne mettait en place sa Zone à Faibles Emissions – mobilité (ZFE-m). Revenons quelques mois plus tôt, en août 2021 précisément ! A cette date, la loi Climat Résilience était votée, et avec elle, une série de mesure en faveur du climat et de la préservation de l’environnement. Parmi ces mesures, celle d’imposer la création d’une zone à faible émission à 35 collectivités de plus de 150 000 habitants, et ce d’ici au 1er janvier 2025, autrement dit : demain !

Il n’en fallait pas davantage aux élus stéphanois pour se saisir de cette ambition, et créer une ZFE progressive, en y associant du dialogue, de la pédagogie, et des restrictions graduelles au fil des mois. La ZFE a donc été délimitée à l’intérieur d’un périmètre borné par les axes autoroutiers et nationaux. Ce périmètre impacte directement 140 000 métropolitains résidents, ainsi qu’un grand nombre de travailleurs.

Quel est le calendrier mis en place ?

Avant d’aborder le calendrier établi par paliers, voici la classification Crit’Air :

Sans vignette

  • Essence immatriculée avant 1997
  • Diesel immatriculé avant 1997

Crit’Air 5

  • Diesel immatriculé entre 1997 et 2000

Crit’Air 4

  • Diesel immatriculé entre 2001 et 2005

Crit’Air 3

  • Essence immatriculée entre 1997 et 2005
  • Diesel immatriculé entre 2006 et 2010

Crit’Air 2

  • Essence immatriculée entre 2006 et 2010
  • Diesel immatriculé à partir de 2011

Crit’Air 1

  • Essence immatriculée à partir de 2011

Cette classification hiérarchise donc les véhicules roulants par degré de pollution, permettant ainsi plus facilement de restreindre progressivement les accès aux centres-villes, mais aussi d’assurer un suivi facilité du respect de ces règles, par la vignette apposée obligatoirement sur tous les véhicules intégrant la ZFE.

Revenons-en donc au calendrier mis en place par la métropole de Saint Etienne :

  • Janvier 2022 : Seuls les poids lourds et les utilitaires légers non-classés sont interdits de circulation dans la zone délimitée;
  • Janvier 2025 : L’interdiction de circulation sera étendue aux poids lourds, fourgons et fourgonnettes classés Crit’Air 4 et 5;
  • Janvier 2027 : L’interdiction de circulation sera étendue à nouveau aux même véhicules classés Crit’Air 3.

Ces restrictions s’appliquent toute l’année, tous les jours et à toute heure du jour et de la nuit. Ils seront donc purement et simplement interdits de circulation, pour préserver la qualité de l’air. A priori donc, à Saint-Etienne, pas de projet immédiat d’interdire la circulation de véhicules légers trop polluants. Toutefois, les directives européennes et nationales devenant peu à peu de plus en plus restrictives en faveur du climat, dans la lutte pour la préservation de l’environnement et contre le réchauffement climatique devenu prégnant, il y a fort à parier que ces restrictions évolueront rapidement et se durciront dans les mois à venir. C’est pourquoi les véhicules alternatifs sont la clé de la circulation routière de demain. A ce jour, le véhicule électrique fait largement ses preuves, notamment en termes d’autonomie, de capacité de charge, de confort, d’options, etc.

Un accompagnement vers l’écomobilité et l’écoresponsabilité

Mettre en place une ZFE et des mesures d’interdiction d’accès ne peut se faire sans une totale concertation, alliant pédagogie et sensibilisation au climat. Saint-Etienne Métropole l’a bien compris et s’est engagée dès les prémices du projet dans des ateliers de concertation avec l’ensemble des acteurs de la ville, avec pour objectif de mieux vivre ensemble.

Toutefois, ces mesures font la chasse au diesel, considéré trop polluant aujourd’hui. Or, il représente encore plus de 50 % des véhicules en circulation sur le réseau routier français. Au-delà d’une démarche écologique et sanitaire, entrent également en compte des enjeux économiques, sociaux et sociétaux. N’oublions pas que les véhicules concernés par les interdictions sont majoritairement diesel, ce qui représente un investissement conséquent pour les professionnels concernés.

Evidemment pleinement conscient de la fracture sociale que cette transition pourrait créer, mais pour autant tenu au respect des directives européennes en faveur du climat, de la préservation de l’environnement et de la santé publique qui, plus que jamais après deux années de pandémie, est sans conteste un enjeu majeur des prochaines décennies, l’Etat a mis en place une série de subventions et d’actions pour inciter et aider à l’acquisition d’un véhicule propre.

  • Une prime à la conversionpour l’acquisition d’un véhicule peu polluant neuf ou d’occasion en échange de la mise en rebut d’un véhicule de Crit’Air 3 ou plus (jusqu’à 5000 €) ;
  • Un bonus écologiquepour l’acquisition d’un véhicule peu polluant (jusqu’à 6000 €) ;
  • Une surprime ZFE aux habitants et/ou travailleurs d’une ZFE pour l’acquisition d’un véhicule peu polluant (jusqu’à 1000 €) ;
  • Un micro-crédit garanti par l’Etat à hauteur de 50 %sur 5 ans sur conditions de ressources pour l’achat d’un véhicule peu polluant (jusqu’à 5000 €) ;
  • Un prêt à taux zéro, sur conditions de ressources, pour l’achat d’un véhicule peu polluant dans les zones à faibles émissions. Le prêt pourra atteindre jusqu’à 30 000 €, remboursable en 7 ans.

Ces mesures sont soutenues et accompagnées par les collectivités locales. C’est le cas de Saint-Etienne Métropole qui s’est voulue exemplaire en termes de transports publics évidemment. Elle a alors mis en place des trolleybus 100 % électriques, qui évitent le rejet de 18 tonnes d’oxydes d’azote dans l’atmosphère chaque année ; des bus zéro émission en cours de renouvellement, pour un 100 % zéro émission à horizon 2031 ; et enfin un ramassage propre des déchets d’ici à 2026, avec des véhicules GNV pour moitié (gaz naturel véhicule), et diesel récents Crit’Air 2 pour l’autre moitié.

Egalement, en soutien direct aux professionnels concernés, les propriétaires de véhicules trop polluants peuvent prétendre aux aides accordées par Saint-Etienne Métropole, en profitant notamment du Fonds Air véhicules, qui est une aide à la conversion pouvant aller jusqu’à 16 000 € pour une fourgonnette ou un fourgon, et jusqu’à 25 000 € pour un poids lourd.

Pourquoi faire installer une borne de recharge privative ?

Si vous avez déjà eu l’occasion de vous renseigner sur les bornes publiques de recharge accessibles au public, vous devriez alors déjà avoir trouvé la réponse à cette question. Quel intérêt de faire installer sa propre borne de recharge, chez soi ou en entreprise ? Pour ne pas être dépendant d’un réseau public encore bien trop faiblard. Dépassé par l’ampleur du phénomène électrique, et freiné également par la pandémie Covid et les projets à l’arrêt durant plusieurs mois, le réseau public de recharge peine encore à se développer, malgré les grandes ambitions affichées, qui devront pourtant être activées.

Dans l’attente, conscient des manquements, et pour rester cohérent face à la mise en place de ZFE et l’incitation à acquérir des véhicules électriques, l’Etat a mis en place des aides à l’acquisition et l’installation de bornes de recharge privatives :

  • Crédit d’impôt: Il peut prendre en charge jusqu’à 75 % de la fourniture et de la pose de l’infrastructure installée chez des particuliers (qu’ils soient propriétaires ou locataires dans le cadre du droit à la prise, en résidence principale ou secondaire, cumulables), plafonné toutefois à 300 € par logement équipé ; montant qui peut être doublé dans le cas d’un couple soumis à une imposition commune et disposant de deux véhicules électriques ;
  • Prime énergie : Elle permet de financer tout travaux d’économie d’énergie sans conditions de revenus ;
  • TVA à 5,5 %: Les particuliers qui font installer une borne de recharge à domicile peuvent bénéficier d’une TVA réduite sur la facturation de travaux de pose, d’installation et d’entretien du système de charge. Les professionnels ne sont pas concernés par cet avantage ;
  • Prime Advenir: Les structures de recharge à usage individuel dans un habitat collectif sont éligibles à cette aide financière de l’Etat qui correspond à 50 % des dépenses induites par la fourniture et l’installation du matériel, avec un plafond fixé à 960 € HT. Les structures à usage partagé y sont également éligibles, avec un plafond fixé à 1660 € HT.

Toutes ces aides sont évidemment conditionnées. Pour y prétendre, l’utilisateur devra faire appel à un électricien certifié IRVE (Infrastructure de Recharge pour Véhicule Electrique). C’est d’abord une obligation légale pour développer un réseau privé parfaitement conforme aux normes en vigueur, mais c’est également le seul moyen de profiter de l’intervention de son assurance en cas de sinistre subi ou causé par l’installation.

Installateur IRVE à Saint-Etienne : Comment lui faire appel ?

Les installateurs IRVE sont nombreux sur le marché, à Saint-Etienne comme ailleurs. Les échéances fixées pour renouveler la partie du parc automobile la plus polluante au profit de véhicules plus propres font évidemment les bonnes affaires des électriciens qualifiés IRVE, dont le carnet de commandes est bien rempli.

Pour dénicher le professionnel qu’il vous faut, rien de plus simple. Les comparateurs en ligne vous aideront en vous proposant des devis correspondant à vos critères de recherche et aux éléments complétés, notamment le lieu d’intervention, le type d’utilisation, les conditions d’installation, etc. Les comparateurs sont 100 % gratuits, rapides et efficaces, sans aucune obligation d’engagement mais avec un engagement possible si l’un des devis proposés vous convient, et le tout depuis son domicile ou l’entreprise, sans perdre de temps à prendre rendez-vous pour demander des devis.

Les éléments du devis à étudier

On peut estimer entre 300 et 1 500 € le tarif de fourniture d’une borne de recharge, et entre 300 et 600 € l’intervention d’un électricien certifié IRVE. Ces tarifs valent pour une installation à domicile, donc pour une borne ne dépassant pas les 22 kW. Au-delà, pour les bornes à recharge ultra-rapide en entreprise, les coûts de fourniture et d’installation seront bien plus importants. Mais ces estimatifs basés sur une moyenne globale nationale ne veulent pas dire grand-chose. En réalité, la prestation dépendra de divers facteurs en lien avec votre équipement et le lieu d’implantation (type de borne, puissance et performance, vétusté du tableau électrique, câblage à prévoir, options de commande à distance, appairage avec d’autres appareils connectés, marque de la borne, lieu d’intervention, etc.).