Borne de Recharge

Borne de recharge ville et collectivité : conseils d’installation & devis

Si la majorité des détenteurs de véhicules électriques possèdent une borne de recharge à domicile, c’est bien parce qu’il est force de constater que le réseau public de points de charge est disparate et trop timide encore pour satisfaire les écomobilistes. Aussi, les collectivités ont pour mission de mettre un coup de collier dans l’implantation de réseaux de charge pour faciliter la transition automobile. Comment, par qui et à quel coût ? Réponses.

L’enjeu écomobile pour les collectivités territoriales

Les collectivités sont les acteurs publics du territoire. Leur rôle à jouer dans la transition automobile et énergétique est indéniable tant elle révolutionne les pratiques et les usages.

Une adaptabilité permanente du service public

Le service public se doit de suivre les évolutions de la société, les besoins de ses usagers et rester accessible. Il s’agit là de ses principes fondamentaux : son devoir de continuité, d’égalité d’accès, et d’adaptabilité ou de mutabilité. Aussi, il doit parvenir à se réinventer dans un contexte où les régions et les intercommunalités grossissent au détriment des communes et des départements. La dématérialisation des services a été l’un des défis à relever de l’ère numérique, avec la gestion de la fracture numérique provoquée. Avec elle, l’accès gratuit au wifi dans les ERP (Etablissements Recevant du Publics), le libre-accès à une prise pour brancher un PC ou un téléphone, parfois même la mise à disposition gratuite d’espaces de travail sur les horaires d’ouverture au public type espace de co-working se sont développés pour devenir monnaie courante aujourd’hui. L’implantation de bornes de recharge s’ajoutera à cette liste et s’intègre déjà dans le défi de la transition énergétique pour des territoires moins pollués et plus agréables à vivre.

Une obligation légale

Face aux enjeux environnementaux et de santé publique, la Commission Européenne impose une règlementation aux Etats de l’Union européenne sous peine de sanctions financières. L’Etat impose donc une prise de conscience collective qui ne peut être prise en main par la population sans une démarche d’accompagnement des collectivités. L’article L.2224-37 du Code générale des collectivités territoriales donne aux communes la compétence de créer, entretenir et exploiter les bornes de recharges publiques de véhicules électriques. Dans le cadre d’une ZFE (Zone à Faibles Emissions), les pouvoirs peuvent être transférés à l’échelon intercommunal, pour une meilleure répartition du réseau.

Une démarche écoresponsable au service des habitants

Le bien-être, la quiétude, la tranquillité publique, la qualité de vie ne sont-ils pas des éléments essentiels du bien-vivre ensemble au sein d’un territoire ? La collectivité y gagne en attractivité et en visibilité en termes d’image engagée évidemment, mais y gagne aussi toute la considération des citoyens (habitants et usagers), victimes d’une répartition disparate de bornes publiques, d’un manque d’infrastructures dans les zones rurales et d’une difficulté d’accès aux systèmes de charge dans l’habitat collectif existant. Les bornes de recharge viennent compléter un schéma écomobile avec des transports en commun de plus en plus décarbonés, et la montée en puissance de la mobilité alternative facilitée (vélos, scooters, véhicules et trottinettes électriques en libre accès, participations aux abonnements transports, etc.).

Installer des bornes de recharge : Où ? Quoi ? Comment ?

Il convient en premier lieu de s’accorder sur l’accès aux bornes de recharge. Sera-t-il dédié uniquement à la flotte automobile électrique de la collectivité ? Aux véhicules électriques des agents de la collectivité sur un parking privé ? Ou bien en accès libre aux administrés ? Ou bien les trois ? Pour cela, il faut réaliser une étude du territoire : nombre de véhicules électriques roulants, nombre de bornes privées, besoins futurs, quid des travaux de génie civil et génie électrique, modèle juridique à adopter, etc.

Faire le choix d’une installation privée, semi-privée ou publique

Dans le cas d’installation d’infrastructures de recharge dédiées uniquement à une flotte renouvelée de véhicules électriques, l’installation peut se faire au sein d’un parking privé. Dans ce cas, les bornes peuvent être d’une puissance moyenne, permettant une charge nocturne des véhicules. Il peut être un argument rétributif de QVT (Qualité de vie au travail) que de donner cet accès privé à titre gratuit aux véhicules électriques des agents de la collectivité, en leur dédiant une ou plusieurs bornes durant la journée.

A l’inverse, l’implantation de bornes de recharge publiques accessibles par tous répond à la tendance prégnante du libre-accès. Elle devra dans ce cas être une démarche co-construite et concertée avec les acteurs du territoire : usagers, intercommunalité, acteurs économiques qui proposent peut-être déjà un service pour proposer un réseau raisonné, réfléchi et utile. Le ou les sites ciblés sont évidemment stratégiques. L’usager qui branche son véhicule doit patienter le temps de la charge et c’est là qu’il est important de se questionner sur « Que peut faire l’usager durant ce temps ? ». C’est l’occasion pour la collectivité de redynamiser un centre-bourg déserté, d’amener de la visibilité à un lieu inconnu, méconnu, réaménagé, ou bien encore d’attirer l’usager vers des ERP (Etablissements Recevant du Public), type bibliothèque, piscine, musée, etc., ou des IOP (Installations Ouvertes au Public), type espaces verts, terrain de sport, etc.

La puissance de la borne : un choix important

Faut-il opter pour une borne à charge lente ou plutôt à charge rapide ? Faut-il implanter plusieurs types de bornes ? Le choix dépend en fait de leur destination. Dans le cas d’un réseau privé dédié à la flotte de la collectivité, le parking peut être équipé de bornes de recharge lente, en imaginant un point de charge par véhicule, branché chaque soir. Dans le cas d’une implantation de bornes en libre-accès, il sera plus judicieux d’opter pour des bornes à recharge plus rapide. Voici un comparatif pour aiguiller le choix selon le besoin :

  • Borne 7 kW : charge lente = 35 km d’autonomie par heure,
  • Borne 11 kW : charge lente = 65 km d’autonomie par heure,
  • Borne 22 kW : charge rapide = 110 km d’autonomie par heure,
  • Borne 50 kW : charge ultra-rapide = 100 km d’autonomie par ¼ d’heure !

Les bornes de 50 kW sont capables de charger entièrement un véhicule en moins d’une heure. Elles sont davantage dédiées aux espaces publics de recharge. Attention toutefois à ce type de bornes qui envoient directement du courant continu aux batteries des véhicules. Les bornes classiques envoient du courant alternatif qui, avant d’être reçu par la batterie, est transformé en courant continu par le convertisseur intégré au véhicule. Les bornes ultra-rapides envoient le courant continu en puissance maximale, et bien que les batteries ne soient en capacité de ne recevoir que ce courant, elles ne sont pas toutes capables de l’absorber en flux trop important, au risque de les détériorer à la longue. De plus, certains véhicules n’acceptent pas les prises CHAdeMO ou Combo 2 dédiées. Restant sur de la charge occasionnelle, elles seront idéales pour les points de charge accessibles au public. Pour celles dédiées à la flotte de la collectivité, mieux vaudra envisager du 11 ou 22 kW.

Quel coût prévoir ?

Il faudra compter entre 3000 et 4000 € pour chaque borne installée, et jusqu’à 6000 € si elle est installée sur l’espace public. Ce tarif est estimatif et dépend bien-sûr des éléments contextuels : faisabilité technique, fourniture de l’installation, choix de la maintenance des infrastructures de charge, exploitation informatique et commerciale, appel à une Assistance à Maître d’Ouvrage et jusqu’où interviendra-t-elle ? Sachez que si la borne est implantée dans un lieu stratégique, l’amortissement de l’investissement peut être assuré en un à deux ans dans le cas d’une facturation du service. Au-delà, la collectivité peut même réaliser un profit. Si elle peut fixer librement le tarif de charge, elle aura toutefois pour obligation d’afficher les conditions tarifaires sur la borne, idéalement à un tarif plus symbolique et incitatif que lié aux réels coûts d’utilisation.

Les aides à l’installation des bornes de recharge

Les collectivités sont éligibles à plusieurs aides pour l’installation de bornes sur le réseau public :

  • La prime Advenir : Elle prend en charge jusqu’à 30 % des frais de fourniture et d’installation des bornes de recharge sur parking privé des collectivités, et jusqu’à 60 % de ces mêmes frais sur des emplacements accessibles sur l’espace public. Une surprime de 300 € est accordée aux collectivités qui installent des bornes à la demande des habitants sur l’espace public.
  • La prime ADEME : Elle est accordée pour l’implantation d’un réseau d’ampleur avec des stations d’au moins 4 points de charge, pour a minima 50 points de charge par projet. Les collectivités sont alors éligibles à une prise en charge de 50 % du prix d’installation de chaque borne, plafonnée à 1500 € par borne standard, 3000 € par borne accélérée et 12 000 € par borne ultra-rapide.

Devis bornes de recharge

Les installateurs de bornes de recharge doivent être qualifiés IRVE (Infrastructures de Recharge pour Véhicule Electrique). Cette qualification, décernée par des organismes certificateurs nationaux, est reconnue comme gage de professionnalisme et d’expertise à l’installation de systèmes de charge qui promettent de se répandre vitesse grand V, dont l’installation doit être en parfaite conformité avec les normes en vigueur, et pleinement sécuritaire.

Si le particulier peut directement faire appel à un installateur IRVE, les collectivités se doivent de faire réaliser une étude complète de leur territoire, qu’il convient de confier à des opérateurs dédiés. Ceux-ci pourront ainsi prendre en charge le projet dans sa globalité, à chacune des étapes nécessaires pour viser une implantation en parfaite adéquation avec les besoins actuels mais surtout futurs. Ils proposeront généralement les prestations suivantes :

  • Conseil en génie civil et génie électrique,
  • Etude de faisabilité technique, choix du matériel, garantie des équipements,
  • Fourniture et installation des bornes de recharge,
  • Gestion du parc et accès en supervision pour la collectivité via un site sécurisé interactif pour surveiller l’état de l’activité des bornes, piloter une borne à distance, revoir le paramétrage, obtenir des statistiques du parc de bornes,
  • Exploitation, maintenance et assistance : 24/7, bilingue, qualifiée, avec possibilité d’actions à distance, SAV et intervention à J+1,
  • Services aux usagers : badges d’accès, espaces clients, facturation dématérialisée, etc.,
  • Référencement du réseau via un fichier consolidé des bornes de recharge pour véhicules électriques accessible sur data.gouv.fr, et sur la base de données du GIREVE.

L’ensemble de ces éléments formeront le coût global de l’implantation du réseau public, généralement géré à un niveau intercommunal pour gagner en synergie.