Comment choisir sa borne de recharge ou wallbox ?

Cesser le recours aux énergies fossiles est devenu obsessionnel dans nos comportements de consommation, comme d’autres pratiques visant à limiter l’impact environnemental de nos habitudes du quotidien. Le véhicule électrique fait partie des alternatives d’aujourd’hui et de demain pour répondre à cette exigence de mobilité propre. Le système de recharge associé exige également du soin dans son choix, pour s’équiper d’un matériel suffisamment performant selon son usage, son budget, la capacité de son véhicule, etc. Voici quelques conseils pour choisir sa wallbox.

Choisir la puissance de charge adaptée

Quitte à s’équiper, autant opter pour le modèle le plus performant, se diront certains. Attention à ne pas se précipiter dans son choix, sans intégrer deux paramètres primordiaux. La puissance de la borne sera à choisir selon la compatibilité de la batterie, et selon l’usage du véhicule.

Une puissance de charge compatible avec la batterie du véhicule

La puissance d’une borne de recharge à domicile peut aller de 3,7 à 22 kW. Celle-ci doit être compatible avec le véhicule à recharger, ou plutôt avec sa batterie. La puissance de charge délivrée par la wallbox devra être supportée par l’électronique intégrée au véhicule. Pourquoi ? Parce qu’une puissance de charge surélevée pourrait dégrader la batterie du véhicule sur le court ou moyen terme, et parce qu’à l’inverse, une puissance de charge sous-estimée nécessitera un temps considérable de recharge, sans vraiment parvenir à une charge satisfaisante. Une borne de recharge de haute performance à 22 kW par exemple sera inutile pour recharger un véhicule dont la batterie ne dispose d’une puissance que de 11 kW. En revanche, certains modèles de borne sont équipés d’une option de réglage de puissance. Loin d’être un luxe, cette fonction permet d’envisager une borne de puissance maximale pour les particuliers, dans l’expectative d’un futur véhicule électrique plus puissant, du moins dans l’anticipation du renouvellement de l’actuel.

Une puissance de charge adaptée à l’usage du véhicule

En moyenne, les électromobilistes parcourent 25 km par jour avec leur véhicule électrique. C’est pourquoi la majorité des ventes se concentre sur des modèles citadins, qui suffisent à l’utilisation la plus classique des foyers. C’est plutôt logique à ce stade de leur développement, face à un réseau public de recharge qui peine encore à satisfaire. Les grands trajets sont encore davantage réservés aux véhicules diesel et essence. Ceci étant, faisons le lien avec l’utilisation quotidienne du véhicule. Les bornes de 3,7 ou 7 kW seront relativement préférables pour un usage d’appoint du véhicule électrique, soit dit encore pour de petits trajets quotidiens, ne nécessitant qu’un court temps de recharge quotidien. Les gros rouleurs devront bien entendu s’orienter vers des modèles 11 ou 22 kW.

Pourquoi adapter la borne à l’usage réel du véhicule ? Parce que plus la borne est puissance, plus elle recharge rapidement, mais plus elle puise d’énergie et plus elle est onéreuse. Aussi, son installation nécessitera l’adaptation de la puissance du contrat d’électricité, mais aussi probablement du compteur électrique. Pensez bien qu’une borne de recharge de 22 kW en fonctionnement, équivaut à la mise en route simultanée de 8 fours ! Et cette consommation d’électricité vient s’intégrer dans l’usage quotidien, avec les appareils électroménagers également en fonctionnement, le chauffage, la lumière, etc. En bref, sans adapter le compteur et le contrat, le tableau électrique disjonctera, ou la surcharge entraînera la surchauffe. Mieux vaut donc s’équiper utilement, selon son besoin identifié.

Choisir selon les options nécessaires ou appréciables

Pour choisir sa wallbox, au-delà de la puissance de charge, il est important d’orienter son choix selon l’usage du quotidien, et les options nécessaires. Les bornes peuvent ne proposer que la recharge simple, ou bien être équipées d’une technologie de pointe entièrement connectée, comme par exemple :

  • Un capteur de température;
  • Le suivi du niveau de charge et de la consommation avec un écran interactif;
  • Le contrôle à distance grâce à la connexion avec d’autres outils connectés comme le smartphone, la tablette ou l’ordinateur;
  • La charge programmée pour débuter en heures creuses;
  • La charge d’une batterie secondaire à énergie solaire qui redistribue l’électricité accumulée lors de la charge;
  • Le réglage automatique de puissance selon la capacité d’accueil de la batterie du véhicule, ou bien selon la capacité du réseau électrique, notamment aux heures d’utilisation des appareils électroménagers;
  • Une borne équipée des normes IP54 (résistance aux fortes pluies) et IK10 (résistance aux chocs) pour anéantir tout risque d’infiltration, si la borne se retrouve fortement exposée aux intempéries.

Cette liste est non exhaustive, et bien d’autres options peuvent être insérées à la wallbox, pour gagner toujours davantage en confort. On parle même aujourd’hui de bornes de recharge intelligentes. Au branchement du véhicule électrique, un flux d’informations est transmis en temps réel à une plateforme centralisée sur un Cloud via la Wifi ou le Bluetooth, comme la vitesse et la durée de charge nécessaire à la batterie du véhicule, la capacité du réseau local et l’utilisation des bornes en réseau à l’instant T. Elle sera par exemple capable de distribuer l’énergie selon le besoin réel du véhicule, selon la capacité d’accueil de la batterie, et éventuellement selon le nombre de véhicules branchés s’il s’agit d’un système en réseau.

Choisir sa borne selon son budget

Plusieurs coûts peuvent être identifiés. D’abord, celui de la fourniture de l’équipement. Les bornes peuvent avoisiner les 300 € pour les moins puissantes, et jusqu’à 1 500 € à 2 000 € pour les modèles les plus performants. La marque jouera un rôle important dans le tarif appliqué. Evidemment, certains fabricants sont pionniers sur le marché, et proposent des bornes d’un niveau d’excellence, qui s’associe généralement à un coût proportionnel.

L’installation de la borne peut environner les 300 à 600 €. Celle-ci comprend le tirage de ligne, la mise en place d’une protection électrique, l’adaptation du compteur, la pose de l’appareil et sa fixation, la vérification de son parfait fonctionnement, et les consignes d’usage. Si le système électrique est à changer pour pouvoir l’installer, ou bien s’il faut creuser une tranchée selon la distance entre le compteur et la borne, le coût d’installation peut rapidement grimper, voire doubler.

En parlant de coûts, intéressons-nous également à celui lié à la recharge du véhicule. On estime que la consommation électrique liée à la borne de recharge peut avoisiner les 25 à 100 € par an. En heures pleines, le kWh avoisinera les 0,15 €, contre 0,13 € en heures creuses. La consommation d’un véhicule étant estimée aux alentours de 12 à 20 kW/100 km, la multiplication permettra d’évaluer une facturation.

Comparer pour faire le bon choix

Poser ses critères indispensables et souhaitables, ainsi que son budget maximal à dédier à sa borne de recharge est une chose que peut faire le futur acquéreur. En revanche, comparer les modèles de wallbox, et parvenir à se forger son propre avis, n’est pas si évident. C’est pourquoi les comparateurs en ligne sont conçus pour aider le consommateur à faire le choix du meilleur rapport qualité/prix, en s’orientant vers l’offre la plus compétitive. Les services d’un comparateur sont totalement gratuits, plutôt simples d’utilisation et de compréhension, fiables et actualisés, et enfin sans aucune obligation d’engagement. Ils se contentent de dresser un comparatif des offres de bornes de recharge correspondant aux critères de recherche renseignés. C’est le parfait moyen d’évaluer le budget nécessaire selon le projet envisagé.

Notons enfin que l’équipement et l’installation d’une borne de recharge peuvent profiter d’une prise en charge partielle par les aides incitatives mises en place par l’Etat.

  • Un crédit d’impôt aux particuliers pouvant aller jusqu’à 75 % de l’investissement nécessaire à l’acquisition d’un point de recharge et à son installation, plafonné toutefois à 300 €;
  • Une TVA à 5,5 % (au lieu de 20 %) sur tous travaux de particuliers visant à améliorer la performance énergétique du logement. L’installation d’un système de recharge électrique en fait partie;
  • Un programme AVENIR destiné, entre autres, à l’habitat collectif, et décliné sous plusieurs aides pouvant prendre en charge jusqu’à 50 % des frais de fourniture et d’installation des bornes de recharge.

Ainsi, l’investissement restant à charge de l’acquéreur reste limité, pour profiter d’une station de charge à domicile, sans subir les aléas du réseau public en cours de développement. Les collectivités s’engagent également. Certaines attribuent des aides à l’équipement, ou bien des primes pour soutenir le développement de l’électrique, au profit d’un climat moins pollué, en réponse aux enjeux prégnants de santé publique et environnementale.